UN WEEK-END “D’EVASION” A BERLIN
Nous atterrissons à Berlin sous l’orage, sorte de présage à l’atmosphère pesante que nous nous attendons à découvrir.
Mais ce qui surprend à l’arrivée en centre-ville, c’est ce mélange entre le passé douloureux et le nouveau souffle de vie et de liberté.

Car, tout près des derniers fragments « du Mur de la Honte », les jeunes se promènent tranquillement sur les boulevards et dans les parcs ou roulent allègrement à vélo sur les pistes bien aménagées. Berlin cruiseLes anciens quartiers des victimes juives ont fait place à des quartiers à l’architecture moderne.
Du sommet de la Tour de Télévision haute de 365 m, nous avons une vue circulaire sur toute la ville.
Cette tour a été construite en 1969 dans le secteur Est pour exprimer la fierté du régime soviétique, alors qu’elle est aujourd’hui le symbole de la réunification de l’Allemagne.
Puis nous visitons la « Topographie de la Terreur », une exposition photographique à l’endroit même des anciens bâtiments du parti nazi et de la Gestapo et qui retrace l’arrivée d’Hitler au pouvoir.
Le même jour, comme pour oublier un instant les horreurs du III ème Reich, nous nous réfugions dans l’Antiquité pour admirer les précieux trésors des Musées de Pergame, du Proche–Orient et de l’Art Islamique.
Puis nous revenons à la période sinistre du régime est-allemand en visitant le Musée du Mur et du Check Point Charlie qui décrit les tentatives d’évasions courageuses, spectaculaires mais parfois fatales, vers l’Ouest.
La Porte de Brandebourg, sorte d’arc de triomphe construit au 18ème siècle selon le modèle de la Grèce antique, à l’extrémité de l’avenue « Unter den Linden » , en français : « sous les tilleuls » , séparait les secteurs Est et Ouest à la fin de la seconde guerre mondiale puis, à partir de 1961 formait obstacle, comme le Mur, à l’émigration vers l’Ouest . Sur un fragment du Mur après sa chute, une inscription anonyme invite à la méditation : « Du hast gelernt was Freiheit heisst und das vergiss nie mehr » Traduction : « Tu as appris ce que signifie liberté et cela, ne l’oublie plus jamais »
Puis vient à nouveau le temps des magnificences d’un passé plus insouciant par la visite du Château de… Sanssouci, situé à Postdam à une trentaine de kilomètres de Berlin.
Le lendemain, nous visitons également le Château de Charlottenburg, dont les murs sont tapissés de peintures d’artistes connus, dont le français Antoine Watteau (1684-1721).
La période sombre du régime totalitaire de la RDA resurgit lors de la visite du Musée de la STASI. C’est l’ abrégé de « Staatssicherheit », le Ministère de la Sécurité d’Etat de la RDA, dirigé de 1957 à 1989 par Erich Mielke , décédé en 2000 à 92 ans, jamais condamné pour le diabolique réseau d’espionnage et de dénonciations qu’il avait instauré contre le peuple est-allemand.
Au cours d’une promenade guidée en bateau sur la Sprée et sous un soleil radieux, nous savourons un moment de détente, en voyant défiler sous un autre angle les principaux bâtiments au cœur de la ville : le Reichstag et sa surprenante coupole de verre, la nouvelle gare centrale inaugurée en 2006, l’Ile aux Musées, puis la Cathédrale qui resta longtemps en ruines après la guerre et fut reconstruite de 1975 à 1993, avec sa monumentale coupole et ses quatre tours.
Notre visite s’achève le long de la Chancellerie, composée de plusieurs bâtiments à l’architecture futuriste et c’est le moment de penser au retour.
Henri Duvail

berlin mairieberlin mur

berlin hollandaisberlin concert

berlin parlementberlin sansouci