« Le Pays du sourire »

« SAWAT DII KHAA » ! Bonjour de la Thaïlandaise. C’est par ces mots que notre groupe de 34 (photo) est accueilli à l’aéroport de BANGKOK par « SOM » alias « Jean Paul » qui sera notre guide et « WIT A WAT » notre chauffeur.
Sans coup férir, nous découvrons le CHAO PRAYA : grand fleuve qui traverse la ville où grouillent nombre d’embarcations de toutes sortes et de tous gabarits

tha bangkok 18et de tous gabarits, et sur lequel nous naviguons à notre tour pour une visite des rives. Très vite, nous prenons conscience de l’évolution économique de la mégapole aux rutilants immeubles modernes de plus de 300 mètres de haut, aussi impressionnants les uns que les autres, où se succèdent les temples et pagodes aux couleurs chatoyantes ainsi que des constructions d’un autre temps.

Nous accostons sous une chaleur bien supérieure aux 35 degrés annon-cés, pour visiter un temple hindouiste de plus de 300 ans, « Le WAT ARUN », appelé aussi le temple de l’aube. Nous fûmes émerveillés par les porcelaines qui le décorent et le panorama qu’il nous offre sur le fleuve.

Après avoir goûté à la cuisine thaïlandaise, nous partons à bord de pirogues, à la découverte des « KLONGS », qui sont des canaux plus ou moins sinueux, et très nombreux, bordés par des maisons en bois sur pilotis, qui nous donnent une image typique et nostalgique d’une an-cienne civilisation. A noter que les pirogues sont des bateaux à longue queue, au bout de laquelle tourne une hélice propulsée grâce à un moteur à gaz.
Le lendemain, nous quittons BANGKOK, pour AYUTTHAYA, qui était la capitale du « SIAM » fondée au 14ème siècle, et rasée par les Birmans au 18ème siècle.

tha bonzes 18Après avoir arpenté une grande allée au milieu de jardins bien fleuris, au bout de laquelle paraît « le WAT MONGKON BOHIT » : un temple fabuleux qui abrite un des plus grand bouddha de bronze plaqué inté-gralement d’or, et où nous avons croisé et côtoyé quelques instants dans le plus grand respect, les fameux Bonzes. Puis, nous apprécions le « WAT PHRA SI SANPHET » son parc historique aux impressionnantes ruines, dominées par les hautes tours reliquaires aux proportions gi-gantesques, ainsi que le « WAT LOKAYA SUTHARAM » où domine son bouddha couché de 42 mètres de long

tha marche 18A « LOPBURI », un autre temple aiguisera notre curiosité, un temple réservé uniquement à l’habitat de singes sacrés, qui nous ont beaucoup amusés. La journée se terminera à « PHITSANULOKE » où nous serons propulsés en « VELO-POUSS » à la découverte d’un marché aussi gran-diose par la diversité de ses produits que par ses aspects colorés, et ses odeurs de cuisines diverses et exotiques que nous inhalons avec scepticisme. Jean-Paul n’a pas manqué de nous faire déguster de ces spécialités thaïlandaises : insectes grillés, brochettes d’œufs de poules, tantôt blanc, tantôt noir (dit œuf de 100 jours), riz soufflé au caramel, etc. Nous ne quitterons pas « PHITSANULOKE » sans avoir assisté à ce rituel quotidien et matinal qu’est l’aumône des moines, à la recherche du « Nirvana ».

tha statue 18Ayant déjà parcouru 427km depuis BANGKOK, en direction du nord, nous faisons halte dans l’ancien royaume « KMERS » qui fut anéanti par le roi SIAM du moment et qui y fit édifier en 1238 une perle : la cité de «SUKHOTHAI ». Son site archéologique est splendide. Vivement nos regards sont portés sur le « WAT MAHATAT », l’édifice le plus important et le mieux conservé de ce parc historique. L’imposante esplanade aligne ses rangées de colonnes dominantes, deux bouddhas assis de chaque côté laissent sans voix, et tout autour subsiste plus d’un kilomètre de douves entourant d’innombrables « CHEDIS », des tours aux toits coniques contenant les cendres et reliques de familles royales. Sur notre chemin un immense étang où se reflètent toutes ces merveilles au milieu de nénuphars et d’une végétation luxuriante: frangipaniers, cotons d’or bougainvilliers, flamboyants etc. Après nous être restaurés de la spécialité de « LAMPANG » : une soupe de poulet au lait de coco et à la citronnelle, nous nous dirigeons vers « CHIANG RAI ». Lors d’une escale, il nous sera proposé une plâtrée de larves de fourmis rouges ! (je n’ai pas pu prendre une photo des gourmands …)

Puis en chemin vers le lac PHAYAO, une dégustation d’ananas au milieu d’une exploitation que nous avons observée avec intérêt. Après une nuit à « CHIANG RAI » nous poursuivons plus au nord, et péné-trons dans le triangle d’or. Ce territoire doit son nom à la production illicite de l’opium, dans les zones montagneuses aux confins du LAOS, de la BIRMANIE et de la THAÏLANDE. Nous atteignons enfin le super village très typique de « KARENS ».

Les KARENS sont un peuple de réfugiés de TIBETO-BIRMAN, immigrés du MYANMAR et du YUUNNAM, dont une petite partie s’est installée dans cette partie nord de la THAÏLANDE. Ils habitent selon leur coutume, des cases de bambous sur pilotis, sous lesquelles s’engraissent paisiblement nombre de cochons noirs.tha danseuses 18 Nous terminerons la visite de ce secteur en empruntant des pirogues pour remonter en partie la rivière « KOK », affluent du Mékong. Nous dormons dans une des plus belles villes du pays « CHIANG MAI ». C’est dans de beaux « taxis brousse » bien rouges que nous montons le lendemain très tôt, pour nous mener à l’assaut du « DOI SUTHEP » culminant à 1601m d’altitude. Un merveilleux, sinon le plus beau sanctuaire bouddhiste de la THAÏLANDE aux tuiles vernissées. Nous n’hésiterons pas à arpenter les 300 marches d’un gigantesque escalier bordé de nagas, pour dé-couvrir et admirer un « CHEDIS » de 22 mètres recouvert de feuilles d’or, au centre d’une gigantesque plateforme où repose un riche temple construit à l’endroit même où un éléphant blanc chargé de reliques aurait décidé de mourir..

Après avoir déjeuné, et apprécié le KAO SOI, un mélange de nouilles aux œufs au curry rouge et lait de coco, nous avons un aperçu de l’artisanat local, à savoir le travail du laqué très intéressant, du travail sur soie, de bijoux et ombrelles diverses, où bien sûr, nos devises ont été bien sollicitées.
Nous clôturons la journée dans un complexe de KANTOKE, où nous dinerons au milieu de délicieuses danseuses, qui n’ont pas manqué de nous faire participer.

tha elephants 18Après ce deuxième lever à CHIANG MAI nous assistons au dressage d’éléphants qui nous ont offert un beau spectacle. Nous avons été surpris par leurs talents de footballeurs, dessinateurs, peintres, travail-leurs de force, etc. A proximité nous apprécions une exposition dans une ferme de culture d’orchidées et avons pu admirer plusieurs cen-taines de variétés. Le matin suivant, nous visitons le KAMPHAENG PHET qui signifie le mur de diamants et nous rappelle le site de SUK-HOTHAÏ, mais sur une plus petite échelle : ruines de fortifications, de tours et de CHEDIS. Seul 3 bouddhas que nous apercevons sont aussi classés à l’UNESCO. Mais le gros objectif de cette journée sera KAN-CHANABURI. Ville située au confluent de la rivière KWAÏ NOI et la rivière KWAÏ YAÏ, où fut construit en 1942, le fameux pont de la rivière KWAÏ, par les prisonniers des japonais. Il a été reconstruit et un train y circule. Bien sûr nous empruntons sa voie ferroviaire pour une super balade à bord de ce tortillard. Puis c’est encore en pirogue que nous irons à la découverte d’un immense marché flottant où se vendent diverses marchandises, légumes, fruits, poulets, riz et nouilles… qui se consomment souvent sur place.

A CHA AM, nous restons 2 nuits, ce que nous apprécions. Certains d’entre nous n’aurons pas résisté à jouir de l’emplacement exception-nel de notre hôtel face à la mer sur le golfe de SIAM, pour plonger dans les fortes vagues d’une eau supérieure à 30 degrés.

Puis nous nous acheminons vers le parc national de KAENG KRACHAN, qui est recouvert d’un lac artificiel. De là, nous découvrons de nom-breuses îles, dont une ou deux réservées à un gîte de macaques, cela dans un calme contrastant avec l’animation de BANGKOK, où nous retrouvons notre premier hôtel et le métro aérien qui nous offre une vue panoramique de cette grande ville.

Christian Noret